Unique réseau féminin de Business Angels en France et 1er réseau féminin en Europe

Alexandra Morge Rochette, CEO de Fabulabox

Comment vous est venue l'idée d'entreprendre ?

J’étais dans une phase de questionnement dans mon travail. Beau poste, belle carrière, belles opportunités mais mon quotidien manquait de connexion avec mes valeurs, avec ma vision du monde… et avec moi en réalité. L’idée à l’origine de notre 1ère innovation a germé au hasard d’une conversation en famille après la naissance de notre 2e enfant, et elle n’a pas réussi à sortir de ma tête. En reprenant le travail, j’ai commencé à la transformer en entreprise et en stratégie… et là il est devenu impossible de ne pas avancer.

Quelle est la vision de votre projet ?

Le jouet est un secteur clé de l’enfance ayant prouvé son impact majeur sur le développement des enfants. Et pourtant c’est un des marchés les plus dominés par la surconsommation et une source majeure de pollution (70% production Asie, 7 mois de durée de vie moyenne des jouets…). Fabulabox possède un savoir-faire unique d’innovation éducative renforcé par le partenariat avec des professionnel·le·s de l’enfance, et un réseau local de production écologique. Nous avons un large plan de développement d’innovation et souhaitons les développer en France et à l’export, comme initié depuis 2 ans, avec de très bons retours du marché.

Pourquoi avoir fait appel à des Business Angels et comment s’est déroulé votre processus de levée de fonds ?

En combinant innovation, industrie et export, nous savions dès le départ que notre projet nécessiterait l’accompagnement de mentor·e·s et d’investisseur·se·s privé·e·s.

Nous avons eu la chance de rencontrer le réseau Femmes Business Angels au démarrage de notre levée, et ses membres ont été d’excellentes mentores et conseillères pour nous aider à structurer notre besoin en financement et à rebondir dans ce processus long et challengeant.

De quel accompagnement vous font bénéficier les Business Angels ?

Nous avons à notre board un panel très complémentaire de chef·fe·s d’entreprise expérimenté·e·s qui nous accompagnent sur nos problématiques. Chaque trimestre, et plus souvent au téléphone quand le sujet s’y prête, nous échangeons très librement et pouvons ainsi bénéficier de leur expérience, de leur réseau et de leurs conseils. 

Si c’était à refaire, que changeriez-vous ?

Je m’écouterai plus dans mes intuitions. J’ai souvent souffert d’un syndrome de l’impostrice dans le cadre de la levée en particulier, en estimant que les « expert·e·s » étaient des sachant·e·s, et moi l’apprenante. Et pourtant, n’étant pas réellement à ma place ni dans mon secteur d’activité, ils·elles ne savaient pas forcément plus. Si c’était à refaire, j’essaierai de me faire confiance plus souvent, et oser aller à la rencontre des autres plus tôt… pour mieux comprendre et faire le tri ensuite.

Entreprendre, en 3 mots…

Risque

Vision

Valeurs

Une phrase ou une image qui vous inspire ?

Une image : J’ai toujours en tête le visage radieux d’un enfant polyhandicapé, très fier quand il a réussi seul à assembler nos Fabulabox. Son sourire et celui de sa mère, et les mercis qui ont suivi.

Une phrase : « C’est brillant ». Entendu lors du dernier salon international du jouet par la General manager de Hape France, un des plus fabricants de jouet en Allemagne.

Alexandra Morge Rochette (CEO) et Carole Dubu (Directeur design et innovation)

42d5f1e751e5ff76e3ede4e51c85c7da