Portrait d'une Business Angel : Florence

Ingénieure (Ecole Centrale Lille) et école de commerce (3ème cycle ESCP Europe), j’ai exercé pendant 14 ans diverses fonctions au sein d’un grand groupe bancaire. Je me suis ensuite lancée dans un projet entrepreneurial et j’ai cofondé et développé une société de conseil en organisation commerciale et d’externalisation de forces de vente pendant 8 ans. Afin de promouvoir activement la création d’entreprises, j’ai rejoint le réseau Femmes Business Angels en 2009, dont je suis co-présidente depuis 2014. Business Angel active, je suis impliquée dans plus d’une vingtaine d’entreprises innovantes. Convaincue qu’une bonne gouvernance est un facteur de performance, même (et surtout) pour une petite entreprise, j’ai suivi le cursus de certification Administrateur de Sociétés IFA/Sciences Po en 2012. J’interviens dans plusieurs comités stratégiques et board de jeunes sociétés. Je suis également membre de plusieurs conseils d’administration.

Business Angel, c’est arrivé comment ?

Avant 2009, j’avais eu l’occasion de prendre de petits tickets dans des startups, surtout en « Love Money ». Mais je n’approfondissais pas vraiment les dossiers en amont, les opportunités d’investissement restaient limitées, et mon implication post-investissement était réduite. J’ai donc décidé de rationaliser mon approche de l’investissement en amorçage, et après quelques recherches, j’ai découvert les réseaux de Business Angels, que je ne connaissais pas.

Pourquoi avec FBA ?

Je ne cherchais pas spécialement un réseau féminin et j’ai rencontré plusieurs réseaux, dont Femmes Business Angels. J’ai été séduite par la convivialité, la simplicité des échanges, et le dynamisme du réseau. J’ai apprécié le comportement des investisseuses vis-à-vis des porteurs de projets, la possibilité de s’impliquer dans les différentes activités du réseau – sourcing, sélection des projets, due diligences, ce que j’ai fait rapidement.

Depuis, j’ai réalisé à quel point nous sommes bien trop peu nombreuses dans cette activité d’investisseuses. Or c’est un pan essentiel de notre activité économique, il n’y a donc aucune raison que les femmes y soient aussi peu représentées. C’est pourquoi, dans l’ADN de FBA, il y a également une véritable volonté de faire connaitre et de promouvoir cette activité passionnante auprès de plus de femmes.

Que diriez-vous aux femmes pour leur donner envie de tenter l’aventure FBA ?

Tout d’abord, ce n’est pas réservé exclusivement aux très gros patrimoines, puisque nous nous engageons à investir 20k sur 3 ans. C’est une somme, certes, qu’il faut être prête à immobiliser, voire perdre partiellement ou en totalité, et c’est pour cela qu’il faut diversifier ses investissements. Mais c’est surtout l’opportunité de participer et d’accompagner des aventures entrepreneuriales et humaines passionnantes, et potentiellement, de bénéficier de jolies plus-values à terme, et c’est avec ce double objectif que nous étudions tous nos dossiers.

Etre une Femme BA, c’est une chance que l’on se donne d’être au cœur d’un éco-système énergisant, de rester au fait des innovations qui transformeront (ou non !) notre quotidien, et de faire de belles rencontres !

Une phrase inspirante ?

« Seuls, nous pouvons faire si peu ; ensemble nous pouvons faire tellement. »  Helen Keller