> Actualités > Fil d'info
 

Publications

Newsletter juillet 2018  

        

 

visuel juillet

           

Retrouvez toute notre actualité dans la Newsletter de juillet ! 

Toute l'actualité estivale de FBA :

 

- Save the date Winday, 1er forum de l'investissement au féminin le 15 novembre 2018,

- les news de notre antenne lyonnaise,

- Nos dernières levées de fonds : Hydrao, Mainbot, Moona, Running Care
- Portrait de Isabelle Mas, une membre FBA passionnée et Emmanuel Tedesco de Yogurt Factory

 

Tenez-vous informé(e)s !

 
Mis à jour le 20/07/2018

Portrait d'une Business Angel : Isabelle MAS  

Isabelle Mas

Ex journaliste économique chez Bloomberg Tv et désormais consultante en communication corporate, Isabelle Mas a toujours été passionnée par les questions d’entrepreneuriat et les sujets liés à la high tech. Associée du cabinet Footprint > consultants, elle conseille des entreprises de toute taille en matière de stratégie de communication, de relations médias ou de communication de crise.

 

Business Angel, c'est arrivé comment ?

 

C’est un cas typique de « projection » ! J’ai souvent eu envie de créer une entreprise mais je n’ai jamais trouvé ni l’énergie, ni l’idée. Etre Business Angel permet de participer à ce type d’aventure par procuration, d’investir dans des projets passionnants en les suivant vraiment à travers les conseils d’administration, voire en étant mentor sur certains sujets qui relèvent de mes compétences. Les échanges avec les fondateurs sont très stimulants.

 

Pourquoi avec FBA ?

 

J’étais décidée à rejoindre un réseau et Catherine Abonnenc, que je côtoie professionnellement de longue date, m’a parlé de Femmes Business Angels. J’étais sceptique au début car je ne suis pas très réseau féminin justement par « féminisme » : je préfère revendiquer la parité partout plutôt que de rester entre femmes. Mais j’ai assisté à deux rencontres mensuelles et en l’espèce j’ai été conquise par le professionnalisme des réunions et des membres ainsi que par la qualité et la diversité de la sélection de startups. Et puis la seule fois où l’on a invité un réseau de BA masculin, ils ont monopolisé la parole et étaient plutôt arrogants.

 

Que diriez-vous aux femmes pour leur donner envie de tenter l'aventure FBA ?

 

Ce que je leur dis même en général c’est qu’il n’y pas besoin de beaucoup de moyens pour se lancer. Car nombreuses sont celles qui croient qu’être BA est un « truc de riches ». Or on peut tout à fait commencer avec de petits investissements individuels puisque nous sommes plusieurs sur chaque projet. Le plaisir de découvrir des projets intéressants chaque mois et le sentiment de participer dans ceux que l’on a choisi est le même quel que soit le nombre de projets financés et le montant investi.

 

Une phrase inspirante ?

 

« Ceux qui pensent que c’est impossible sont priés de ne pas déranger ceux qui essayent. » L’enthousiasme et cette forme particulière d’esprit des créateurs d’entreprises (mais aussi des artistes, des inventeurs ou de ceux qu’on appelle les makers) qui savent contourner les obstacles, changer de direction s’il faut où entraîner les autres dans des projets ambitieux ou fous, me fascinent.

 

 
Mis à jour le 19/07/2018

Portrait de startupper : Emmanuel Tedesco co-fondateur Yogurt Factory  

yogurt factory

Comment vous est venue l'idée d'entreprendre ?

 

Nous venons tous d’eux de familles d’entrepreneurs. Il nous ait rapidement apparu clair à tous les deux que nous ne voulions pas rentrer dans un cabinet de conseil ou de fusions-acquisitions comme une bonne partie de nos camarades de promo à HEC.  Nous avions tous deux le désir d’entreprendre et de prendre notre destin en main. Nous avons découvert le frozen yogurt lors de notre année de césure à l’étranger et le produit nous a beaucoup plu.

 

 

Quels sont les principaux enjeux auxquels vous devez faire face ?

 

Le marché du yaourt glacé est compliqué en France, encore très confidentiel, et aucune marque n’a vraiment réussi à s’imposer sur le marché. Certaines grandes enseignes étrangères se sont même cassé les dents. C’est donc à nous que revient le rôle de faire connaître le produit en France.

L’enjeu humain est évidemment fondamental dans la mesure ou notre succès dépend de la qualité de l’accueil et des équipes sur le terrain, dans un secteur ou le turnover est important.

Nous avions également sous-estimé l’enjeu immobilier qui est lui-aussi majeur car il faut trouver d’excellents emplacements (avec beaucoup de flux) à des conditions permettant une rentabilité de notre activité. Enfin, le produit étant saisonnier (en centre-ville), il faut avoir une bonne gestion de la trésorerie. 

 

Pourquoi avoir fait appel à des business angels au début de l'aventure ?

 

Dans notre secteur d’activité, il est très rare de réussir à lever de l’argent auprès de business angels avant le démarrage du projet. Nous avons donc attendu 3 ans pour faire rentrer des business angels au capital. Il a d’abord fallu faire la preuve de la rentabilité du concept, après un premier échec à Marseille.

Les business angels sont bienveillants et là pour nous aider à développer l’activité contrairement à certains fonds qui souhaitent soit prendre une majorité au capital soit dicter une part trop importante des décisions de l’entreprise.

 

Que diriez-vous aux femmes qui ont envie (ou qui veulent) entreprendre ?

 

Nous avons autour de nous de nombreux exemples de femme qui créent leur entreprise et qui sont d’excellentes entrepreneuses. Je pense qu’il y a moins de freins qu’auparavant pour que les femmes puissent se lancer dans l’entreprenariat.

Si je généralise la question aux hommes et aux femmes, je dirais lancez-vous tout en sachant que c’est risqué, que la trajectoire n’est jamais une ligne droite, et qu’il faut donc avoir les épaules solides pour ne pas tout envoyer valser aux premières difficultés.

 

Quelles sont vos prochaines étapes ?

 

Nous sommes en train de reprendre les fonds de commerce de notre principal concurrent sur le secteur tout en continuant à développer notre activité en franchise. Nous aurons 40 points de vente à fin 2018.
Il nous reste encore un peu de développement à faire en France tout en commençant à regarder certains marchés étrangers. Nous avons aussi d’importants efforts de communication à faire et de maîtrise de notre réseau de magasins.

 

Une phrase ou une image qui vous inspire ?

 

"Success is not final, failure is not fatal, it is the courage to continue that counts" – Churchill.

 

Toutes les entreprises sont différentes. Le succès peut être rapide ou lent ou ne jamais arriver.

Il faut avoir beaucoup de résilience pour ne pas baisser les bras trop vite et passer à côté d’une belle aventure. Il y a toujours des choses à améliorer et rien n’est jamais perdu.

 
Mis à jour le 17/07/2018

Financi'elles 14 juin 2018  

        

IMG_2516

            L'Ambition d'Investir et soutenir les start-up innovantes, avec Financi'Elles

 

Jeudi 14 juin, une centaine de membres du réseau Financi'Elles étaient réunies pour en apprendre plus sur l'activité de Business Angels.

 

Florence Richardson, co-présidente FBA, et Catherine Abonnenc, VP communication, ont eu le plaisir de présenter notre réseau et son activité passionnante à ces femmes engagées !

Anne-Claude Pont, membre de FBA depuis 2005, a présenté sa fintech Wilov - Pay when you drive. Un merveilleux exemple de combinaison des activités de BA et d'entrepreneure !

 

 
Mis à jour le 18/06/2018

Newsletter mai 2018  

        

 

newsletter de mai

           

Retrouvez toute notre actualité dans la Newsletter de mai ! 

Découvrez l'actualité de FBA :

 

- Retour sur un événement inédit, la 1ère plénière inter-réseaux IDF,

- Save the date : Winday, 1er forum de l'investissement au féminin de retour le 15 novembre 2018,

- Nos dernières levées de fonds : Espace Line, eLichens, Serious Factory, Icohup

- Portraits de Marie-Claude Roth, membre FBA, et de Alexandre Chéronnet de Predictice

 

Tenez-vous informé(e)s !

 
Mis à jour le 19/07/2018

Portrait d'une Business Angel : Marie-Claude ROTH  

marie-claude

Un parcours professionnel varié : après un DEA de physique nucléaire, quelques années d’informatique de gestion en SSII puis chez Alcatel, une évolution vers le contrôle de gestion, et enfin la création de sa structure, Marie-Claude Roth dédiée au conseil et à l’accompagnement des PME/PMI d’une part, et à la formation des cadres et dirigeants d’autre part.

 

Business Angel, c'est arrivé comment ?

 

En anticipant la fin progressive de mon activité professionnelle, j’ai souhaité rester en contact avec le monde de l’entreprise, qui me passionne. Apporter à de jeunes entreprises un financement, mais aussi une expérience, constituait un projet motivant.

 

Pourquoi avec FBA ?

 

Le hasard, mais pas que … D’autres organisations de BA me convenaient moins, et assise à côté d’Agnès Fourcade dans une manifestation, je l’ai entendue échanger avec son autre voisine au sujet de FBA. J’ai posé quelques questions … et voilà !

 

Que diriez-vous aux femmes pour leur donner envie de tenter l'aventure FBA ?

 

Le meilleur moyen de clore le bec à tous les pessimistes qui glosent sur la jeunesse qui ne veut pas s’investir dans le travail …

Et pour les « laissés pour compte » de province, la démonstration qu’il s’y passe des choses intéressantes : après Lyon, un petit groupe très motivé de Strasbourgeoises est en train de s’organiser.

 

Une phrase inspirante ?

 

"La vie, c'est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l'équilibre." Albert Einstein.

 

 
Mis à jour le 18/05/2018

Portrait de startupper : Alexandre Cheronnet co-fondateur Preditice  

Image1

Comment vous est venue l'idée d'entreprendre ?

 

Deux d’entre nous étions en pleine formation d’avocat à l’EFB. Nous avons constaté dans ce domaine des problèmes dont une importante inefficience. Nous nous sommes rendu compte que nous pouvions changer quelque chose et avons décidé de nous lancer. Je crois que c’est vraiment le projet, plutôt que la volonté générale d’entreprendre qui doit faire naître la décision de se lancer.

 

Quels sont les principaux enjeux auxquels vous devez faire face ?

 

On fait face à des enjeux variés. Il faut à la fois penser au court terme, aux tâches quotidiennes et avoir une vision long terme, un plan stratégique général, qui évolue sans cesse. Au quotidien, nous avons tellement d’idées et de projets et si peu de temps pour tout mettre en oeuvre, que tout prend plus de temps que prévu, les idées se formalisent et sont mises en oeuvre souvent des mois après qu’elles soient formulées, et il est parfois complexe de l’accepter et de gérer tout cela. Il nous faut aussi toujours veiller à rester “centrés” sur le client plutôt que sur le produit, ce qui n’est pas évident puisque notre produit est un service tech pour lequel on peut avoir plein d’idées qui peuvent, ou non, être réellement attrayantes et utiles pour nos clients.

 

Pourquoi avoir fait appel à des business angels au début de l'aventure ?

 

Le développement d’un outil comme le nôtre requiert des moyens techniques, des gens qualifiés. En outre, faire appel à des business angels permet d'être assuré de la solidité de son projet : si des investisseurs individuels nous donnent leur confiance, c'est de bonne augure. Enfin, les business angels disposent souvent d’un carnet d’adresses et d’une réputation non négligeables, ce qui peut être d’une aide inestimable pour se faire connaître au début d’une aventure entrepreuneuriale.

 

Que diriez-vous aux femmes qui ont envie (ou qui veulent) entreprendre ?

 

De foncer, quel que soit leur projet. On dit souvent que s’il y a plus d’hommes entrepreneurs que de femmes : c’est qu’ils sont moins averses au risque qu’elles. Mais le contexte actuel est on ne peut plus propice à l’entrepreneuriat des femmes. Nombre de masterclass, d’offres de financement et d’autres instruments nécessaires à la réussite d’un projet entrepreneurial sont positionnés de façon à bénéficier spécifiquement aux femmes. Profitez-en.

 

De manière plus générale, prenez des risques et saisissez l’opportunité que vous offre l’environnement actuel qui est favorable à l’entreprenariat. Et faites en sorte que votre entreprise ait pour objectif et pour effet de résoudre des problèmes que vous observez réellement.

 

Quelles sont vos prochaines étapes ?


Notre équipe est en pleine croissance. Cela va nous permettre de nous améliorer d'un point de vue technique en apportant de plus en plus de fonctionnalités à notre solution, et de la proposer à une plus grande variété de professionnels du droit en France. Après, il s’agira de conquérir de nouveaux territoires !

 

Une phrase ou une image qui vous inspire ?

 

Si on avait demandé aux gens ce qu’ils voulaient, ils auraient dit un cheval plus rapide - Henry Ford

 
Mis à jour le 18/05/2018

Newsletter mars 2018  

          newsletter visuel mars              Retrouvez toute notre actualité dans la Newsletter de mars ! 

             
Notre présence dans l'écosystème (8 mars, 25 propositions au gouvernement pour l'égalité H/F), les levées de fonds de Silltec, Med-eShare, Fizimed, Comptoir de Campagne, Lingua Custodia, et RogerVoice, lancement de REVELE et portrait d'Isabelle Macquart --> toutes les nouvelles du réseau !
 

Pour ne rien manquer de nos dernières informations et noter nos prochains événements en 2018, retrouvez notre newsletter du mois de mars.

 

 

 
Mis à jour le 04/05/2018

Portrait de startupper : Clémence & Latetita, co-fondatrices de Révèle  

Clem et Laeti Station F - releve

Comment vous est venue l'idée d'entreprendre ?

 

Nous avons eu l’idée suite à notre deuxième année à HEC, nous étions capitaines et co-présidentes du club de rugby féminin d’HEC et nous étions obligées de nous équiper aux rayons homme et enfant. Impossible de trouver des produits techniques ou de protections adaptées. Nous avons donc créé Révèle en 2016 pour enfin apporter un équipement de protection pour les femmes qui pratiquent des sports de contact.

Quels sont les principaux enjeux auxquels vous devez faire face ?

 

Avec Révèle, nous construisons une marque forte qui développe des produits d’excellence. Nos principaux enjeux sont la gestion de la R&D et de la production de nos produits ainsi que la création d’une image de marque très puissante qui redéfinit les codes du monde du sport.

 

Pourquoi avoir fait appel à des business angels au début de l'aventure ?

 

Nous avons entrepris jeunes (moins de 25 ans), nous avons une énergie et une motivation sans limite. En passant par des business angels nous recherchions, outre l’aspect financier indispensable pour accompagner la croissance de Révèle, un accompagnement humain et des conseils.

 

Que diriez-vous aux femmes qui ont envie (ou qui veulent) entreprendre ?

 

Parlez-en autour de vous, inspirez-vous et foncez !
Entreprendre est un chemin d’apprentissage permanent et une aventure humaine hors du commun. Nous conseillerions de vérifier que votre entourage et vos proches sont prêts à vous soutenir dans les coups durs mais aussi à célébrer les moments de joie et de réussite.

 

Quelles sont vos prochaines étapes ?


Nous avons lancé Révèle et notre produit phare la Revelia le 28 février 2018, nos prochaines étapes sont de développer nos ventes sur ce produit phare, d’attaquer le marché américain et de créer de nouveaux produits toujours plus innovants que nos clientes attendent avec impatience !

 

Une phrase ou une image qui vous inspire ?

 

« Elles ne savaient pas que c’était impossible alors elles l’ont fait. » Cette phrase est l’essence même de notre quotidien chez Révèle.

 
Mis à jour le 14/03/2018

Portrait d'une Business Angel : Isabelle MACQUART  

MACQUART Isabelle

Economiste  de formation, diplômée de l’École Normale Supérieure et École Centrale (LSS et Innovation), Isabelle Macquart a une carrière très financière avec 18 ans d’expérience au sein de secteur. Il y a 5 ans, elle a créé son agence de conseil en organisation et stratégie. Elle signe en 2018 l'ouvrage "L'expérience client et son modèle économique" : guide stratégique, outil pédagogique, et beau livre. 

 

Business Angel, c'est arrivé comment ?

 

J’aime le « Faire » des entrepreneurs, un leg de mon père. Fondamentalement schumpetérienne, je suis entrepreneuse. J’ai commencé par aider les jeunes entrepreneurs à l’Association pour le Droit à l'Initiative Économique (AIDE) à (se) construire. Passionnant !

 

J’ai également réalisé un projet de Business Angel pour l’Afrique qui a été présenté au Sommet International de l’Entreprenariat à Marrakech. C’était une nouvelle offre d’investissement pour la diaspora africaine qui comportait du financement sous forme de crowdfunding, de l’accompagnement (incubateur) et du développement de filières (cluster).

Une réinvention de l’aide au développement, qui a suscité l’intérêt de la Banque Africaine de Développement…mais est survenu un désaccord stratégique avec l’un des partenaires. 

 

Pourquoi avec FBA ?

 

Une amie m’a conviée. La rencontre mensuelle m’a tout de suite plu. Les projets sont de grande qualité et les pitchs aussi. Gagnée j’ai été et je suis par l’énergie positive de ces entrepreneuses / entrepreneurs.
Je suis devenue FBA en moins de 8 jours.

 

Que diriez-vous aux femmes pour leur donner envie de tenter l'aventure FBA ?


« Être dans » c’est juste plus enivrant que d’être à côté. Venez !

 

Une phrase inspirante ?

 

« La liberté, la légèreté naissent d’un travail assidu » d’Alexandre Jollien. Je l’ai gravé dans la tête de mes deux filles. Pour être heureux, faire est essentiel !

 

 
Mis à jour le 14/03/2018

Voir tout